Cataract - 2008-07-12 - Rockademy

Aller au contenu

Cataract - 2008-07-12

Interviews > C
Interviews :
Cataract
 
-Cataract en trois mots cela donne quoi ?
-Dur, beaucoup de fun et sincérité.
 
-En revenant en arrière … même si tu as rejoint le groupe en cours de route, c’était en 2001, est ce que tu pensais que  Cataract fêterait un jour ses dix ans ?
- Non jamais. Je suis très surpris de notre développement. Il faut savoir que je connaissais très bien tous les membres avant que Cataract n’existe. Ce sont des amis de très longue date. A l’époque les membres de Cataract m’ont demandé si je voulais être leur chanteur, mais, à l’époque, j’avais refusé. Je voulais mener à bien mes études. Je termine ma thèse pour devenir géologue. (Comme quoi on peut crier dans un micro et regarder ensuite les dégâts que cela fait à notre planète !!! Rires)
 
- Cataract, c’est donc un hobby plus qu’un métier ?
- C’est un grand grand hobby. Dans ce groupe je chante, mais je m’occupe aussi de tout le marchandising. Je fais les designs, je passe les commandes, c’est important. Car le maigre cachet ne nous permet pas encore de nous payer le luxe d’en faire un métier.
 
-Comment gères-tu ton temps, entre chant et études ?
- En décembre, je passerai ma thèse. Je vis donc une période plutôt stressante, je suis assez « nerveux ». Mais par le chant, je peux évacuer le stress que j’ai. Mais ce n’est pas toujours facile pour le groupe. Je dois toujours donner mon « accord » avant de retenir une date ou pour une tournée car je ne peux vraiment pas passer à côté de mes études. Donc ces moments sont pénibles ; mais, pour le moment, tout se passe bien.
 
- Pour vos dix ans, vous avez mis les petits plats dans les grands ! En effet le disque est sorti en plusieurs formats ! Peux-tu nous en parler ?
- Ouais ! C’est vrai ! Mais c’est la signature de Cataract. Chaque disque est sorti en plusieurs formats et ce, depuis toujours. Les albums limités se sont bien vendus. Le marchandising est très important pour nous. Comme je t’ai dit, on va plus gagner avec lui qu’avec le cachet du concert. Oui notre offre est grande. Ce soir, (ndlr : Cataract joue avant Cavalera Conspyracy lors de l’interview) nous avons la chance de pouvoir exposer toute notre marchandise à vendre. Car lors de notre dernier concert avec Soulfly, nous n’avons pu vendre que deux T-shirts et ceci  aux prix que Soulfly nous a imposés.
 
- Les morceaux que Cataract joue sont-ils toujours aussi longs ? C’est plutôt rare dans les groupes aussi dévastateurs du même style !
- Le nouveau CD est, c’est vrai, dans ce cas. Le nouveau guitariste a une liberté énorme…
-Mais il n’arrive pas à s’arrêter ?
- (Rires) On voulait voir une fois ce que ça donnerait !
 
- Quels sont tes sujets de prédilection pour écrire tes textes ?
- Pour moi, chanter, c’est laisser sortir mes frustrations. C’est l’équilibre pour ma ligne de vie. Je parle d’écologie, de social…. C’est assez sociocritique. Lorsque je regarde le monde, je suis souvent triste et révolté de voir ce que les gens font. Alors pour évacuer ça, je le chante.
 
-Quels sont tes meilleurs souvenirs de scène à ce jour ?
- À New York en 2001 au CBGB’s… [NDLR :
Le CBGB’s (ou CBGB, ou CB's) est un club situé au n°315 du Bowery à Manhattan (New York). Son nom complet est CBGB & OMFUG, acronyme de Country, Bluegrass, and Blues and Other Music For Uplifting Gormandizers, soit en français « Country, bluegrass, blues et autres musiques pour gourmands raffinés »]
Toute la tournée US fut une expérience géniale. Greenfield en 2007, c’était le must. Vendredi j’ai vu Slayer. Puis, avec ma copine, nous avons visité la « petite » scène sous tente, là même ou nous allions jouer le jour d’après. Lorsque je suis entrée dans cette tente j’ai dit : « Oh F**K » ; tellement c’était grand !!! Avant le concert, j’avais les jambes qui tremblaient. Il y avait quatre à cinq mille personnes. Ce soir là, nous avons parfaitement joué de A à Z…Ce n’est pas à chaque concert que tu peux te dire que tu as fait presque zéro faute.
 
- Quelle différence entre le public de l’étranger et le public Suisse ? Beaucoup ?
- Oui il y a beaucoup de différence. Le meilleur, c’est le public de l’Europe de l’est. Ce public n’est pas agressif et on sent qu’ils n’ont pas beaucoup de concerts dans leurs pays. Alors ils donnent tout ! En Suisse, depuis 10 ans, ça a bien changé aussi! Le public bouge, non seulement pendant le concert mais aussi pour y venir. Les jeunes n’hésitent pas à traverser la Suisse pour venir nous voir. C’est super.
 
-Avec qui rêveriez-vous de jouer en concert ?
- J’aime jouer avec des amis ! Ce n’est pas la notoriété qui est importante. Il y a des groupes américains comme « Sick of it all » avec qui on se sent bien. La vie en backstage est super relax. Pas de guerre ! Bien sûr mon rêve et j’en ai parlé avant avec « Free & Virgin » serait de jouer avant Metallica… C’est mon rêve ! Et Slayer…..
 
- Ce soir c’est avant les frère Cavalerra …. Cela te fait quoi ?
- J’étais un grand fan de « Arise » le disque de Sepultura (NDLR : premier groupe de Igor et Max). Je les ai vus à Zurich en … 94-95 au vieux palais X-tra. Jusqu’à Chaos A.D, j’étais grand fan … puis c’était devenu moins bon. Je crois qu’ils ont perdu leur feeling entre frères… même dans cette tournée !
 
-Si ta maison brûle, quels disques sauves-tu ?
- « Best Wishes » de Cro Mags, mon groupe préféré ! Après ça va être dur ! Et un très vieux disque de Johnny Cash.
 
-Si tu devais être avec Cataract un groupe masqué comment le verrais-tu ? Plutôt à la Kiss ou à la Slipknot ?
-
On en a déjà eu l’idée… On hésitait entre les nounours et des plongeurs sous-marins. Finalement, nous avons fait comme Mötley Crüe…
- Alors à la Mötley ?
- Oui nous avons fait une fois un concert déguisé à l’époque de « kickstart my heart ». Le maquillage, les perruques et les jeans serrés ! C’était la première fois de ma vie que je faisais une chose pareille !
 
 
Retourner au contenu